Mise en charge immédiate chez l’édenté complet au maxillaire

Les différentes techniques de MCI actuelles ont recours pour la plupart à une prothèse provisoire transvissée, facilement démontable. Les divergences principales résident dans le type de réalisation, directe ou rebasée.

Drs Benjamin Darmon et Iris Haddad, publié le 07 octobre 2019

Mise en charge immédiate chez l’édenté complet au maxillaire

Le protocole de mise en charge conventionnel suggéré par P.I.Brönemark dans les années 1970-1980 préconisait une attente de 3 à 6 mois entre la pose de l'implant et celle de la prothèse. Cette technique montrant des taux de succès implantaires allant de 81% à 91% à la mandibule sur une période d'observation de 15 ans.

Afin de pallier les inconvénients inhérents à cette technique, nécessitant une deuxième intervention chirurgicale, et la gestion d’un appareillage provisoire souvent peu fonctionnel le temps de l’ostéo-intégration des implants, en 1999, Brånemark met en place le système Brånemark Novum. Son principe repose sur la mise en charge immédiate (MCI) de trois implants mandibulaires par une prothèse préalablement fabriquée et reliée aux implants par un système de double barre. Les taux de succès et de survie implantaire se sont révélés prometteurs [7-8] et...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site dentaire365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite