Seniors : Quand la dentition entrave la nutrition

Les pathologies bucco-dentaires peuvent constituer un facteur de risque de dénutrition chez les personnes âgées. Pour autant, la mise en place de prothèses amovibles ne doit être envisagée que si elle est adaptée à la condition physique globale des patients. Un bilan et un suivi régulier de l’hygiène bucco-dentaire s’avèrent eux particulièrement cruciaux alors qu'ils sont encore trop rarement réalisés.

Noëlle Guillon, publié le 17 juillet 2019

Seniors : Quand la dentition entrave la nutrition
Pour l'OMS, le maintien de 20 dents permet de conserver une nutrition adéquate. Le chiffre interpelle. En effet, en France, plus de 16 % des plus de 65 ans sont complètement édentés, c’est-à-dire qu’ils ne conservent plus une dent naturelle mais peuvent porter des prothèses, un chiffre qui passe à 40 % en institution. Et, selon les pays, le nombre moyen de dents restantes varie entre 12 et 17 dans cette classe d’âge et seules 10 % des personnes de plus de 75 ans ont encore 21 dents naturelles ou plus. Or, cette perte n’est pas toujours compensée, même si 55 % des plus de 75 ans portent des prothèses amovibles, selon une estimation de la Drees. « Parmi les personnes âgées édentées, 10 % ne portent pas de prothèse, l’ont perdue ou bien sont équipées d’une prothèse défectueuse », pointe le Pr Marysette Folliguet, chef du service de Médecine bucco-dentaire de l’hôpital...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site dentaire365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite