Quel intérêt des probiotiques en santé buccale ?

De nombreux travaux attestent désormais de l’intérêt des probiotiques en cas de déséquilibre du microbiote intestinal (dysbiose). En particulier, lorsque cette dysbiose est secondaire à une antibiothérapie, il a été montré que les probiotiques permettaient de limiter les modifications du microbiote et ainsi de diminuer les risques de diarrhée liée aux antibiotiques (DAA).

Publi-rédactionnel, publié le 03 mai 2022

Quel intérêt des probiotiques en santé buccale ?

Dr Isabelle Birden

Les nombreuses données recueillies dans ce domaine ont d’ailleurs conduit un groupe de travail de l’ESPGHAN (European Society for Paediatric Gastroenterology Hepatology and Nutrition) à recommander en 2016 l’utilisation des probiotiques Lactobacillus rhamnosus GG ou Saccharomyces boulardii CNCM I-745 en prévention de la DAA chez les patients ayant des facteurs de risque (classe d’antibiotique, durée de traitement, âge, hospitalisation, comorbidités, épisodes antérieurs de DAA) (1).

Forts de ces résultats sur le microbiote digestif, des auteurs espagnols ont voulu faire le point sur l’effet des probiotiques en santé buccodentaire dans le traitement préventif et curatif des caries et des parodontopathies (2). Pour ce faire, ils ont réalisé une revue de la littérature internationale qui a retenu 15 études dont 12 essais cliniques randomisés (d’une bonne ou très bonne qualité) portant sur 1 291 patients, une revue systématique et 2 méta-analyses. Les bactéries probiotiques utilisées dans les 12 essais cliniques appartenaient aux genres Lactobacillus (n = 6), Bifidobacterium (n = 3) Streptococcus (n =1)et, dans deux études,il s’agissait d’une association de souches.

Des modes d’action aux mécanismes variés

Comme le rappellent les auteurs, plusieurs mécanismes pourraient expliquer l’action des probiotiques : sécrétion de substances antimicrobiennes contre les pathogènes buccaux (acides organiques, peroxyde d’hydrogène, bactériocines), réduction de la réponse inflammatoire (via notamment une inhibition de la sécrétion de cytokines pro-inflammatoires), modification de l’environnement buccal (pH ou potentiel d’oxydoréduction). Enfin, les probiotiques peuvent également entrer en compétition avec les agents pathogènes sur les sites d’adhésion situés sur les muqueuses.

Des caries aux parodontopathies

Les résultats de cette revue montrent que la prise de probiotiques est associée à une diminution significative du nombre de Streptococcus mutans (SM) et pourrait ainsi avoir un effet préventif sur les caries. Pour rappel, le groupe SM est naturellement présent dans la microflore buccale humaine et considéré comme primordial dans la formation de la carie dentaire. En fait, un déterminant majeur dans la formation des caries semble être le régime alimentaire et particulièrement la consommation de saccharose qui favorise la formation par les SM de glucanes insolubles dans l’eau. Ces derniers favorisent la colonisation et le maintien des bactéries sur les dents par la formation d’un biofilm (3).

En ce qui concerne les parodontopathies (gingivite et parodontite), certains travaux montrent que les probiotiques peuvent diminuer l’indice gingival, la profondeur au sondage et le saignement au sondage. Mais ils n’agissent pas significativement sur les pathogènes périodontaux ni sur l’indice de plaque.

Encourageants mais pas suffisants !

Ces données préliminaires sont encourageantes mais M. Seminario-Amez  et ses collaborateurs insistent sur le fait qu’il est prématuré d’émettre des recommandations sur la prévention ou le traitement des caries et des maladies parodontales par les probiotiques. De nouvelles études sont nécessaires et, notamment, la mise en place d’essais cliniques randomisés conduits à moyen et long termes sur de grandes cohortes de patients avec des méthodologies homogènes. Il faudra aussi définir quel est le probiotique le plus efficace, à quelle dose et la voie optimale d’administration.

 

(1) Probiotics for the Prevention of Antibiotic-Associated Diarrhea in Children – JPGN Volume 62, Number 3, March 2016.
D’après « Antibiotiques et microbiote intestinal de l’enfant » – Congrès du GFHGNP – Amiens 11mars 2017 – Président : Dominique TURCK (CHRU, Lille).
• Mas E. : Antibiotiques chez l’enfant : quelles conséquences aujourd’hui et demain ?
• Bellaïche M. : Les probiotiques dans la diarrhée associée aux antibiotiques.
(2) Seminario-Amez M et coll. : Probiotics and oral health: A systematic review. Med Oral Patol Oral Cir Bucal. 2017 May 1 ; 22 (3) : e282-8.
(3) Nicolas GG et Lavoie MC Streptococcus mutans et les streptocoques buccaux dans la plaque dentaire.Rev. Can. microbiol 2011 ; 57 : 1 – 20.

SP-22.35 – 05/2022

Dans la même rubrique
  • À découvrir
Optishade
  • À découvrir