Entre le soignant et le soigné, une relation thérapeutique s’installe. Il n’y a pas que le soin, son objectif et les moyens pour y parvenir. Il y a des acteurs : celui qui soigne, le patient et des interaction entre eux. Des questions, des demandes et des réponses fournies de part et d’autre. La relation thérapeutique implique en filigrane le « nous », en tout cas dans une bonne relation thérapeutique, comme dans n’importe quelle relation sociale équilibrée, il y a forcément ce « nous ». Car si chacun reste éloigné de l’autre, voire dos à dos, il est difficile d’instaurer une relation constructive.