Le DD concerne donc tous les secteurs d’activité (agriculture, industrie, habitation, organisation familiale, les services, la santé) qui engagent le monde dans un développement viable économiquement, équitable socialement 
et vivable écologiquement. Le DD s’inscrit dans la démarche qualité
 des cabinets, il est aussi en adéquation avec le lean management qui fait la chasse aux gaspillages et il répond aux attentes 
des mamans qui revendiquent le droit à des traitements de qualité au juste prix et respectueux de la santé de leurs enfants, nos jeunes patients.

C’est du développement durable qu’émergera
le futur des cabinets d’orthodontie car, oui, l’essor technologique est non seulement irrémédiable 
mais surtout, c’est grâce à l’innovation et au service premium que les cabinets peuvent résister face 
à la concurrence en période économiquement délicate à passer. Dans le quart de siècle à venir,
le high-tech/high-touch, des ressources efficientes et réutilisables, un ancrage dans la durabilité doivent être adoptés dans les cabinets. Comment, dans nos pratiques libérales, pouvons-nous esquisser une orthodontie green ?
 En sommes-nous déjà les acteurs ? 
Réduction des déchets, prévention des pollutions, consommation maîtrisée des énergies et de l’eau, réduction des coûts, hautes technologies
et approche du bien-être des patients
 comme des salariés… Orthophile a zoomé sur les thèmes récurrents 
d’une pratique green qui inscrirait les cabinets 
dans un engagement DD pour le futur.

Téléchargez notre outil My Green Actions » pour tester votre pratique et votre engagement dans le développement durable

Lire la suite de l’article « Le développement durable Inscrire les cabinets dans une orthodontie green », Orthophile n° 33 octobre-novembre 2013