Qui connaît, au moins de nom, la série télé américaine Alerte à Malibu ? C’est l’image glamour des années 90 du sauveteur (et de la sauveteuse) ! Rien de plus gratifiant que ce rôle-là. Mais vouloir sauver en permanence peut aussi être épuisant, c’est une lourde responsabilité à porter et lorsque l’on échoue, cela peut avoir des conséquences importantes. Avant d’approcher ce que les psychologues nomment : « le syndrome du sauveteur », on peut se demander ce qui peut arriver à un sauveteur, pompier, ambulancier, plongeur, s’il assume mal son rôle. Celui-ci peut envahir toute sa vie, du fait d’un égo important ou parce qu’il accorde à ce rôle une place démesurée.