Qu’il s’agisse de nouveaux flux de travail, de nouveaux procédés ou de nouvelles technologies, la dentisterie numérique est devenue incontournable au sein des cabinets dentaires. Cette révolution numérique influence directement la prise en charge thérapeutique des patients et la façon dont les praticiens exercent leur métier au quotidien. Car si ces nouveaux outils améliorent et simplifient les actes et les procédures, ils nécessitent également une grande maîtrise et l’acquisition de nouvelles connaissances et compétences, bien différentes de celles requises par les techniques « classiques ». C’est notamment le cas des scanners intra-oraux, pour lesquels suivre une formation s’avère souvent essentiel pour apprendre à les intégrer au mieux dans votre pratique.

Un changement de paradigme

« Quand ils viennent livrer un scanner intra-oral, les installateurs ne passent qu’une heure ou deux avec le praticien, ce qui ne suffit absolument pas, annonce sans détour le docteur Thomas Fortin, maître de conférences à la faculté d’odontologie de Lyon et formateur chez My Dental Training. Chaque scanner est différent et leurs caractéristiques propres impliquent de bien comprendre leur mode de fonctionnement pour obtenir les meilleures images. Cela s’apprend et s’enseigne»  

En effet, si le praticien ne sait pas ce qu’attend le prothésiste et ce qu’il considère comme une image...

de qualité, le risque d’erreur et d’interprétation hasardeuse de l’empreinte optique se retrouve de fait augmenté. La formation permet justement de répondre à ces questions qui se posent au quotidien. « La formation apporte avant tout des trucs et astuces pour gagner du temps avec le scanner, résume Marie-Sophie Mulot, coordinatrice de formation chez Feel Formation. Dans nos travaux pratiques, nous voyons parfois certains dentistes utiliser la pâte et le scanner : c’est deux fois plus de travail, du temps perdu et un manque d’assurance patent. La formation est donc essentielle pour les réassurer dans leur pratique. » 

Il arrive aussi que des dentistes aient acheté un scanner sans avoir trouvé le temps de l’utiliser, parfois, il s’agit d’une appréhension de la nouveauté qui crée des blocages dans l’usage, mais dans tous les cas, la formation permet de se remettre en selle. Outre l’acquisition et la mise à jour de leurs connaissances, optimiser l’utilisation du scanner intra-oral revêt pour les praticiens un autre intérêt majeur, selon Thomas Fortin : « Ils doivent comprendre que l’utilisation du scanner, qui leur fait gagner du temps et réaliser des plans de traitement avec des étapes différentes de la procédure classique, est un changement de paradigme dans la dentisterie, et cela aussi s’apprend lors de formations. » 

Se former dans les conditions du réel

Pour opérer ce changement, les organismes de formation proposent des enseignements théoriques, mais pas seulement. Ainsi, lors des TD pratiques, chacun est amené à intervenir à la fois en tant que patient et en tant que praticien. Le groupe et le formateur interviennent également pour corriger et orienter chaque étudiant. « Le fait de vivre l’expérience patient permet toujours de s’améliorer en tant que praticien, reconnaît le docteur Fortin. Dans un premier temps parce que nous prenons plus en compte les doléances du patient, mais aussi parce qu’ainsi, nous comprenons mieux comment bouge le scanner, notamment pour soulever la langue ou pour le fond de la bouche. » De plus, la dynamique de groupe crée généralement une émulation : voir certains de leurs confrères utiliser le scanner avec aisance motive les plus réticents.  « C’est important parce que tout seul, il n’est pas forcément facile de trouver cette motivation. Le fait que chacun se mette à la place du praticien et du patient est également essentiel car il faut pouvoir explorer tous les recoins de chaque action réalisable. De plus, on ne peut comprendre et toucher du doigt ce que ressent le patient qu’en étant soi-même dans sa position » , confirme Marie-Sophie Mulot. Autre atout de la formation, elle permet aux participants d’apprendre du formateur, mais aussi des retours d’expérience de leurs confrères. « Le simple fait de discuter avec des confrères, de se retrouver avec eux, c’est toujours positif, surtout dans le cas d’une formation, parce que l’on ne va pas discuter de nos vacances, mais véritablement de questions cliniques » , reconnaît Thomas Fortin. 

Mettre à jour et approfondir ses connaissances

Avec l’irruption du numérique dans les cabinets dentaires, la formation est devenue une nécessité : les technologies évoluant en permanence, les praticiens doivent évoluer avec elles, en mettant régulièrement à jour leurs connaissances et compétences. Dans le cas du scanner intra-oral, qui se substitue à une technique qu’ils maîtrisent depuis des années, accepter de devoir passer par une phase d’apprentissage peut s’avérer délicat pour certains. Mais si toutes les études montrent que le temps d’acquisition du scanner intra-oral est plus long que celui d’une empreinte classique, elles attestent également qu’avec une bonne pratique et une bonne maîtrise, l’appareil devient rapidement indispensable dans le cabinet.  « La formation permet d’évacuer un certain nombre d’écueils que les praticiens peuvent rencontrer en début de courbe d’apprentissage et qui risquent de leur faire abandonner la technique numérique. On voit pourtant très bien que les jeunes vont laisser tomber la technique classique, il y a donc un véritable avantage à adopter le scanner intra-oral. Mais il faut accepter de rentrer dans la courbe d’apprentissage et en cela, la formation est un accélérateur, c’est une évidence. Malheureusement, beaucoup pensent encore que le simple fait d’installer le scanner intra-oral et d’avoir une petite formation de deux heures suffit… Interrogez tous les prothésistes, ils vous diront qu’il y a un manque de formation flagrant chez les dentistes et que ce sont eux qui finissent par les former. Et cela, c’est très dommage », regrette Thomas Fortin.

Bien choisir son scanner intra-oral

Au moment d’acquérir votre scanner intra-oral, il est nécessaire de prendre en compte, en plus de ses critères techniques, l’environnement dans lequel vous comptez l’installer.

Lors de l’acquisition d’un scanner intra-oral, le fabricant conseille généralement le chirurgien-dentiste sur l’achat de son ordinateur. Il arrive d’ailleurs souvent qu’il le vende lui-même. Ce choix ne doit cependant pas être fait à la légère. Avant de vous équiper, il est recommandé de discuter avec votre prothésiste afin de savoir s’il est en mesure d’exploiter les fichiers que vous lui enverrez, certains systèmes d’exploitation étant ouverts, quand d’autres sont fermés. Il est donc indispensable de bien examiner dans quel environnement vous installerez votre scanner. « Rien de tel qu’une formation, d’une part, et une discussion avec son prothésiste d’autre part, confirme Thomas Fortin. Il s’agit de matériel relativement onéreux : on ne peut pas acheter un scanner et décider le lendemain qu’il ne convient pas. Le fait d’aller s’informer, via une formation, des différentes contraintes techniques et technologiques permet donc effectivement de faire le bon choix, du premier coup. »

Former votre assistante dentaire

Selon Marie-Sophie Mulot, coordinatrice de formation chez Feel Formation, l’assistante a toute sa place dans une formation à l’utilisation du scanner intra-oral.

« Au sein de notre organisme de formation, nous sommes régulièrement amenés à organiser des sessions de formation privées, avec l’ensemble du personnel du cabinet. Dans certaines structures, en effet, il arrive que ce soit l’assistante dentaire qui prenne l’empreinte optique du patient. Elles ont un rôle très important à jouer à ce niveau également ! Dans le cabinet, c’est aussi le travail d’équipe qui compte et lorsque les patients ont besoin d’informations et s’adressent à elles, elles doivent être en mesure de répondre à leurs questions. Est-ce que le scanner est douloureux, est-ce qu’il dure longtemps, est-ce qu’il est inconfortable ? Si l’assistante ne l’a ni vu ni vécu, comment peut-elle répondre ? C’est pourquoi, le rôle de l’assistante est clé. Par ailleurs, si le scanner intra-oral est effectué par le praticien, il peut aussi être épaulé par son assistante. Dans ce cas, il est important de déterminer quelles actions peuvent être menées par l’un et par l’autre. Une formation peut justement être une occasion de découvrir que l’autre, en l’occurrence l’assistante, est tout à fait capable de faire passer le scanner, parce qu’elle a appris à faire les bons gestes. »

Cet article est réservé aux abonnés.