DPC : quelles sont les nouvelles orientations prioritaires ?

Le Journal officiel a révélé le 9 septembre toutes les orientations prioritaires de formation nationale, ainsi qu’une partie des orientations par profession ou spécialité. Treize orientations concernent directement les chirurgiens-dentistes, aussi bien omni que spécialistes.

Par la rédaction, publié le 12 septembre 2022

Le 9 septembre, le Journal officiel a révélé toutes les orientations prioritaires de formation nationale, ainsi qu’une partie des orientations par profession ou spécialité. « Soit d’ores et déjà plus de 200 orientations qui encadreront l’offre de DPC pour les trois années à venir », explique l’Agence nationale du DPC dans un communiqué de presse. Dans ce décret, 13 orientations (n° 154 à 167) concernent directement les praticiens.

 

Les omnipraticiens se voient proposer :

  • Dentisterie préventive, endodontique et restauratrice contemporaine ;
  • Prise en charge de l’édentement ; Numérique et odontologie ;
  • Prise en charge des patients à risques médicaux et/ou vulnérables au cabinet dentaire ;
  • Diagnostic, prévention et traitement des pathologies muqueuses et osseuses bucco-dentaires et de leurs conséquences.

Pour ce qui est des spécialités en chirurgie orale :

  • Prise en charge avancée en chirurgie implantaire et pré-implantaire ;
  • Prise en charge des pathologies de la muqueuse buccale ;
  • Prise en charge des pathologies osseuses maxillo-mandibulaires ;
  • Nouvelles techniques chirurgico-orthodontique d’ancrage osseux.

La spécialité en bucco-dentaire englobera quant à elle :

  • Dépistage des déficiences et incapacités masticatoires ;
  • Prévention et traitement des pathologies bucco-dentaires des personnes âgées atteintes de troubles neuro-cognitifs ;
  • Prise en charge odontologique des patients après irradiation cervico-faciale en cancérologie.

Enfin, la spécialité en ODF proposera : Réévaluation des traitements orthodontiques et Juste prescription du Cone-Beam CT (CBCT).

 

Proposer une offre de DPC “pertinente et de qualité”

 

« L’Agence a également assuré un appui pour guider l’ensemble des acteurs dans la rédaction des fiches de cadrage. Ces fiches constituent, pour les organismes de DPC, le cahier des charges pour la construction de leurs actions », explique l’organisme. Concernant la profession, les formations proposées dans le cadre de la « prise en charge de l’édentement » devront porter sur une ou plusieurs de ces problématiques : « diagnostic et mise en œuvre des solutions thérapeutiques les plus appropriées (prothèses fixées et/ou amovibles et/ou implantaires) en tenant compte des attentes du patient notamment avec l’essor des techniques adhésives et de l’implantologie » ; « les indications et contre-indications du traitement implantaire » ; « le traitement implantaire de l’analyse pré-implantaire et sa maintenance » ; « la prévention et traitement des pathologies péri-implantaires ».

« L’intention est de proposer une offre de DPC pertinente et de qualité, répondant précisément aux besoins des professionnels de santé », est-il expliqué.

Les orientations nationales ont été sélectionnées par les services de l’État, les orientations par profession ou spécialité par les Conseils nationaux professionnels. L’objectif étant d’améliorer la prévention, le repérage et les prises en charge ainsi que l’organisation, la pertinence et la qualité des soins ainsi que le renforcement de la réflexion et des principes éthiques en santé.