L'imposition de la vente du cabinet

Dans la très grande majorité des cas, vendre son cabinet consiste, pour un praticien en BNC, à vendre sa patientèle et pour un praticien exerçant en SELARL, à vendre les parts de sa société.

Par la rédaction, publié le 11 avril 2019

L’imposition de la vente du cabinet

Dans la très grande majorité des cas, la cession du cabinet d'un praticien consiste, pour un praticien en BNC, à vendre sa patientèle et pour un praticien exerçant en SELARL, à vendre les parts de sa société. En fonction de la situation, l’imposition différera.

En revanche, dans les deux cas, elle ne portera que sur la plus-value de cession. Les sommes ayant servies à l’acquisition du cabinet ou des parts de la société ont déjà fait l’objet d’une imposition. Seule la plus-value, et donc le gain supplémentaire tiré lors de cette cession, est imposée.

La notion de plus-value

Les plus-values correspondent au gain net réalisé par le contribuable à l’occasion de la cession. Il est constitué par la différence entre :

...

Ce contenu est réservé aux abonnés d'Orthophile

S'abonner pour lire la suite
Dans la même rubrique