display banner v2 academic

40 personnalités proposent 20 solutions pour réinventer le système de santé

Pour sauver le système, écoutons le terrain ! ” : c’est l’exergue d’un ouvrage qui paraîtra le 24 mai prochain, autour des propositions de 40 personnalités pour réinventer le système de santé. L’ouvrage intitulé ” Notre santé est en jeu ” est signé Florence Boulenger et David Ghesquières, respectivement journaliste et consultant dans le secteur de la santé.

Les auteurs du livre, publié aux Éditions Vuibert, donnent la parole à des soignants (médecin, infirmier, aide-soignant, sage-femme) mais également des directeurs administratifs, ou membres associatifs. Ils exposent leurs propositions concrètes d’amélioration d’un système qu’ils jugent aujourd’hui fortement menacé. Parmi les contributeurs à l’ouvrage, on trouve pêle-mêle le neuropsychiatre et auteur Boris Cyrulnik, le sociologue Michaël Dandrieux, le médecin et écrivain Martin Winckler, la présidente de l’Ordre national des sages-femmes Isabelle Derrendinger, ou encore le président d’honneur de la Fédération des médecins de France Jean-Paul Hamon.

Six mois pour un rendez-vous ORL

Si le système tient encore, c’est parce que les soignants ont en commun l’amour du métier “, arguent les auteurs. Bien que ” classé en 2000 par l’OMS parmi les meilleurs du monde, notamment grâce au principe d’universalité de l’accès aux soins “, le système de santé français est “ à bout de souffle “, alertent les auteurs.

Ils énumèrent à l’appui de leur constat les dysfonctionnements qui handicapent le système de soins : ” Six mois pour un rendez-vous ORL, des urgences qui débordent, des lits fermés. ” À cette liste s’ajoutent la désertification médicale, la saturation des services et les problématiques des Ehpad. L’ouvrage aborde une kyrielle de sujets, sans fards et sans tabous, comme en témoignent les intitulés de chapitres (Numérus clausus et chute des vocations. Déserts… et suroffre. Faut-il réguler l’installation des médecins ? Le risque de financiarisation. Réconcilier l’administration et les soignants).

Soulignant l’inertie d’un système qu’ils comparent à ” un gros paquebot à manœuvrer “, les auteurs invitent à miser sur ” l’intelligence collective pour construire un projet social et politique : la démocratie sanitaire “.