L’Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD) vient de prendre la décision de ne plus entretenir de relations avec la Conférence des doyens en odontologie (CDO). « Cette position, mûrement réfléchie, intervient dans le cadre d’un manque cruel de respect et de considération pour la démocratie étudiante depuis le changement de gouvernance de la CDO », dénonce le président de l’UNECD, Alexandre Vigne.

L’UNECD explique dans un communiqué qu’ « un point de non-retour a été franchi lors de la visioconférence du 24 juin dernier conviant tous les étudiants à échanger sur la réforme du troisième cycle : agressivité, décrédibilisation de l’UNECD et de son fonctionnement, manque de considération, discours manipulateur et étudiants pris à partie ».

« Dialogue inexistant »

Si l’Union des étudiants admet avoir connu des « divergences d’opinions » avec les CDO précédentes, elles n’ont jamais été un obstacle à une « entente cordiale ». Aujourd’hui, « le dialogue est inexistant », déplore l’union étudiante.

Or, les sujets de fond concernant le monde étudiant et dentaire sur lesquels l’UNECD veut s’entretenir avec la CDO sont nombreux : l’enquête sur le bien-être des étudiants, le coût des études, la valorisation de l’engagement étudiant, la Réforme d’entrée dans les études de santé, la démographie, la réouverture du CESP aux étudiants du premier cycle. « Bien que proposées dès le début du mandat, celles-ci n’ont pas suscité d’intérêt auprès de la conférence », regrette l’UNECD. L’unique sujet sur lequel celle-ci est sollicitée par la CDO est la réforme du troisième cycle. Un débat sur la question qui perdure « sans réelle évolution, ni considération des idées portées par le réseau de l’UNECD », affirme l’instance étudiante.