Les chirurgiens-dentistes rattrapent peu à peu le retard pris en raison de la pandémie. Preuve en est : les remboursements de soins dentaires ont progressé de 10,1 % au mois de janvier 2021, par rapport au mois de janvier 2020, révèle l’Assurance maladie dans son dernier bulletin, paru le 9 mars. En novembre et en décembre, ils avaient déjà respectivement augmenté de 5,9 % et de 9,6 %.

Aussi, si sur les 12 derniers mois, les remboursements de soins dentaires reculent encore de 8,9 %, la profession rattrape son retard mois après mois. Pour rappel, en mai 2020, à la fin du premier confinement, la baisse était de 11,9 %.

Plus globalement, les remboursements des soins des médecins généralistes ont diminué de 2,9 % en janvier (- 6,2 % sur 12 mois) tandis que ceux des spécialistes ont au contraire augmenté de 4,4 % (- 6,6 % sur 12 mois). Les dépenses des soins de ville ont progressé de 11,9 % (+ 4,3 % sur 12 mois). Ces dernières sont surtout tirées des remboursements d’analyses médicales (+ 114,2 % en janvier et + 54,6 % sur 12 mois). « Cette augmentation résulte de la mise en œuvre des mesures de tests dans le cadre de l’épidémie Covid-19 et notamment de la décision prise fin juillet de rembourser les tests PCR intégralement et sans prescription », précise l’Assurance maladie.

L’impact des prélèvements des tests PCR et antigéniques

Les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux augmentent de 9,8 % par rapport à janvier 2020 (-0,4 % sur un an) et les soins infirmiers de +16,0 % sur la même période (+8,2 % sur un an). Là encore, « sur les douze derniers mois, un quart de l’augmentation des remboursements de soins infirmiers est explicable par l’impact des prélèvements des tests PCR et antigéniques, explique l’Assurance maladie. Un peu moins d’un autre quart de l’augmentation s’explique par les revalorisations décidées dans le cadre des avenants 6 et 7 de la convention « infirmiers ». » Les soins de kinésithérapie évoluent quant à eux de +0,1 % (-12,2 % sur un an).

Pour finir, les dépenses d’indemnités journalières liées aux arrêts maladie ont beau décélérer depuis trois mois (+21 % en novembre, +17,5 % en décembre et +12 % en janvier), elles aussi restent élevées.