« Aucune des alertes formulées par les LDS n’a été prise en compte par le ministère. » Le 13 mai, les Libéraux de Santé (LDS) ont fait part de leur colère concernant la composition et le fonctionnement du futur Conseil National de la Certification Périodique (CNCP) dans un communiqué de presse. Très en colère, ils appellent les 450 000 professionnels de santé libéraux au boycott. La raison de cette indignation ? Alors que l’intersyndicale, constituée de onze organisations représentatives de professionnels de santé libéraux, s’était inquiétée en février du projet de décret, le texte définitif aurait ignoré toutes ses considérations.  

Le projet était « unanimement jugé imparfait par l’ensemble des parties prenantes car il prévoyait une gouvernance pyramidale plaçant les ordres professionnels en première ligne du dispositif, les plaçant ainsi en situation de juge et partie, faisant fi des CNP et organisations syndicales représentatives », détaillent aujourd’hui les LDS.  

Et, désormais, dans la version définitive du texte, les organisations syndicales représentatives des libéraux ne disposent que de deux sièges. L’un pour un représentant des professionnels de santé libéraux médicaux, l’autre pour un représentant des professionnels paramédicaux. « Deux sièges, c’est moins d’1 % du nombre total des sièges pour les libéraux au sein de la gouvernance de la certification périodique ! », s’indigne-t-on dans le communiqué de presse.  

« Le Président de la République avait pourtant promis » 

« Outre ce choix arbitraire d’évincer les professionnels libéraux de la gouvernance, la promesse de réserver la certification aux nouveaux entrants dans les professions n’a pas été tenue », s’insurgent par ailleurs les LDS qui « déplorent la méthode obtenue par le cabinet ministériel ».  Alors qu’on avait promis à l’intersyndicale que rien ne serait publié tant que le gouvernement ne serait pas en place, le décret a été publié malgré tout. « Où est passé le changement de méthode promis par Emmanuel Macron lors de son investiture ? », s’interrogent donc les LDS.

« Le Président de la République avait pourtant promis de mener les réformes du prochain quinquennat avec davantage de concertation de l’ensemble des acteurs. La publication surprise de ce décret remet clairement en cause la réelle volonté de l’exécutif d’entendre la voix de toutes les parties prenantes et ici en particulier celle des syndicats représentatifs. Jamais une promesse électorale n’aura été d’aussi courte durée », dénoncent les LDS.  

Si ces derniers ne se disent pas opposés à la certification périodique, ils déclarent ne pouvoir « accepter un tel mépris vis-à-vis des organisations représentatives au sein de la gouvernance ». C’est pourquoi l’intersyndicale appelle les 450 000 professionnels de santé libéraux au boycott « aussi longtemps que leurs syndicats représentatifs seront exclus du pilotage de la certification périodique ».  

« Défendre l’exercice libéral et les professionnels de santé de ville »   

Pour rappel, les Libéraux de Santé regroupent 11 syndicats représentatifs de professionnels de santé libéraux : Les CDF, la CSMF, la FFMKR, la FNI, la FNO, la FNP, la FSPF, le SDA, le SDB, le SML et le SNAO. « Ces onze syndicats représentatifs historiques, principalement issus du Centre national des professions libérales de santé (CNPS) et de la Fédération française des praticiens de santé (FFPS), partagent une même vision et des valeurs communes : indépendance et liberté d’exercice, responsabilité, solidarité et attachement au système conventionnel », expliquaient Les CDF lors du lancement de l’intersyndicale en septembre 2021.

« Portés par des valeurs communes et le désir de former une organisation réellement représentative des professionnels de santé libéraux, quel que soit leur métier, ces onze syndicats représentatifs et historiques principalement issus du Centre national des professions libérales de santé (CNPS) et de la Fédération française des praticiens de santé (FFPS) unissent leurs forces pour défendre l’exercice libéral et les professionnels de santé de ville. »