La première ligne directrice européenne pour le traitement de la parodontite avancée (stade IV) vient de paraître dans le Journal of Clinical Periodontology, publié par l’EFP (Fédération européenne de parodontologie). Ce guide de pratique clinique de niveau S3 a été annoncé mercredi 15 juin, au congrès EuroPerio10 qui se tient jusqu’au 18 juin à Copenhague (Danemark). 

Selon l’EFP, environ 1,1 milliard de personnes souffrait de parodontite sévère (stade III et IV) dans le monde, en 2019. Ce qui en fait « la maladie inflammatoire chronique non transmissible la plus courante », déclare l’organisation européenne dans un communiqué. 

Cette recommandation sur la parodontite de stade IV, qui est le degré le plus avancé, complète celle des stades I à III. En plus de l’inflammation et de l’atteinte des dents au stade III, les patients souffrant d’une maladie avancée présentent certaines des caractéristiques suivantes : perte de cinq dents ou plus en raison d’une parodontite, dents qui sortent de leur position, dents évasées et difficulté à mâcher. « Pour la première fois nous avons des recommandations européennes pour la gestion interdisciplinaire et factuelle de tous les stades de la maladie », s’est félicité le président de l’EFP, le Pr Andreas Stavropoulos.

Évaluation clinique

L’évaluation clinique de la « maladie des gencives » avancée comprend cinq composantes. En premier lieu, évaluer l’étendue de la dégradation des tissus soutenant les dents, l’esthétique et la capacité à mâcher et à parler. Deuxièmement, établir le nombre de dents perdues du fait de la parodontite. Troisièmement, déterminer quelles dents peuvent encore être sauvées. Quatrièmement, évaluer tous les facteurs qui pourraient entraver ou permettre la rétention des dents, ou le placement d’implants. Enfin, dernier point, vérifier le pronostic global du patient, incluant la probabilité de la progression de la maladie ou de sa récidive, en considérant la présence de facteurs de risques, tels que le tabagisme et le diabète. 

Le traitement a pour but de contrôler l’inflammation et de prévenir d’autres dommages des tissus de soutien des dents et de restaurer la fonction. La thérapie commence avec les recommandations des stades I à III qui comprennent une bonne hygiène bucco-dentaire, le fait de ne pas fumer, le contrôle du diabète, et un nettoyage professionnel supra et sous-gingival pour enlever les bactéries, selon les précédentes recommandations publiées en 2020. 

Des traitements additionnels pour le stade IV de la maladie parodontale peuvent inclure un traitement orthodontique pour redresser ou déplacer les dents, et la réalisation de prothèses pour remplacer des dents manquantes, supportées par des dents ou des implants.