Au sein du cabinet, la tension monte aussi face aux contraintes nouvelles de prise en charge des patients, induisant perte d’activité et augmentation du temps accordé à des tâches non lucratives telles que la désinfection et les renforcements de la procédure standard. Les praticiens en équipe réduite ont souvent dû assumer une partie des tâches des assistantes fauteuil pour éviter une pression contre-productive face à la lourdeur de la désinfection.

Au-delà de la gêne immédiate, le respect de la distanciation sociale et le port du masque généralisé privent chacun de la qualité d’échange et jouent sur la capacité de concentration, de réflexion, d’anticipation… Côté équipe, la cyclothymie émotionnelle dépasse de plus en plus l’exception et sort du cadre de la symptomatologie clinique. C’est pour cela que le chirurgien-dentiste doit plus que jamais faire preuve d’adaptation en stabilisant son équipe dans des habitudes structurantes pour éviter d’entretenir ce mal-être.

Cela passe par une communication rassurante tout en l’adaptant aux surréactions de chacun lorsqu’elles se manifestent. Sans dramatiser, ni craindre d’être complaisant. Cloisonnez cette période en la considérant comme un passage obligé, mais qui prendra fin. Ne vous laissez pas consumer par la perpétuelle question de savoir quand elle se terminera. Cela vous permettra de poser un cadre entretenant le respect, l’implication et la loyauté de chacun. En effet, au cœur des tensions, le bon manageur sort du lot.

Son intelligence émotionnelle, son adaptation, son ouverture d’esprit et sa capacité d’analyse situationnelle lui permettent de tirer de chaque situation critique une plus-value. En resserrant les liens, en optimisant l’organisation et en mettant en place de nouvelles habitudes qui trouveront leur place dans la stratégie à long terme du cabinet, bien au-delà de la crise sanitaire actuelle. Pour devenir ce praticien, changez l’ordre de vos priorités. Misez sur la pérennité et oubliez la frustration inévitable du manque à gagner, et la charge mentale de devoir maintenir le cabinet à flot.

Au cœur des tensions, le bon manageur sort du lot.

Donnez-vous le plaisir de fixer votre attention sur un objectif personnel ou professionnel jusque-là mis de côté. Sortir du sentiment d’impuissance ne dépend que de vous !

Changez de playlist musicale, de communication patient pour apporter une douceur relationnelle sur les plans qui restent à votre disposition. Créez des moments de feed-back sur la répartition des tâches spéciales covid afin de changer cette répartition telle un jeu de chaises musicales en fonction des périodes de craquage de chacun. Donnez du lest sur certains critères de satisfaction sur des tâches subalternes pour vous montrer conciliant. Remerciez, valorisez sans excès mais plus que d’habitude. Et prenez vous-même le temps d’être fier d’avoir tenu la distance, ou soyez de manière générale plus indulgent avec vous-même.

Apprenez et grandissez à partir du constat de l’échec de certaines de vos initiatives. Un jour nous regarderons cette année avec philosophie, anticipez ce moment pour retrouver la distance nécessaire et rester pertinent. Bon courage !