Un bon schéma valant mieux qu’un long discours, j’ai décidé de vous présenter step by step l’élaboration de deux inlays disto-occlusal dent 15 et mesio-occlusal dent 16, usinés dans des blocs de céramique IPS e-Max CAD (Ivoclar Vivadent) appelés également Blue Bloc en regard à leur couleur initiale. Formateur Cerec de l’association « e-dentisterie », seule agréée par l’International Society of Combuthorized Dentistry (Iscd) pour dispenser des formations sur le procédé Cerec, je respecte un protocole similaire pour chaque reconstitution Cfao Cerec à effectuer.

Cas clinique

Le présent cas clinique, relativement simple, a pu être effectué en une seule séance d’une heure et demie. La taille des deux cavités d’inlays a facilement été exécutée grâce aux deux fraises Komet. (Fig. 3 et 4)

Il est à noter que ces fraises (réf. 959 KRD 314018 et 845 KRD 314 025) présentent des marquages laser qui permettent à chaque instant de pouvoir vérifier la pénétration tissulaire effectuée. Le contrôle des cavités (taille simple, sans biseau, à angle interne arrondi et harmonieuse) des zones d’impacts occlusaux hors du joint de collage ; (Fig. 1 et 2) et l’étape du poudrage ; (Fig. 5) peuvent commencer. Le « matifiage » par une poudre de contraste (dioxyde de titane) est nécessaire à l’obtention d’une empreinte d’optique de qualité optimale. Le Cerec Optispray permet un poudrage fin et homogène sur tout ce qui devra être vu par la caméra. Les modèles virtuels (haut et bas) ainsi obtenus ; (Fig.7 et 8) doivent être de qualité et les cavités d’inlays bien visibles.

Reproduire la morphologie

Le tracé du contour du premier inlay ; dent 16 (Fig.9), est réalisé par le praticien et permettra au logiciel (ici version 3.85) de nous proposer très rapidement une modélisation biogénérique du futur inlay ; (Fig.10). Le mode « biogénérique » est la capacité que possède le logiciel à analyser la première dent naturelle intacte voisine des dents taillées afin d’en reproduire la morphologie dans la maquette d’inlay proposée. À noter que les contacts occlusaux sont clairement représentés à cette étape par un code couleur qui nous indique l’intensité de ces derniers. La validation de l’inlay proposé à l’étape de prévisualisation d’usinage ; (Fig.11 et 12) permet, après avoir fait le choix du bloc céramique (ici, bloc e-Max CAD, teinte A2 en haute translucidité, taille C14) de lancer l’usinage ; (Fig.13 – unité d’usinage Mcxl).

Contacts paramétrés

Pendant que l’inlay 16 s’usine, sa présence virtuelle sur le modèle ; (Fig.14) nous offre la possibilité de concevoir l’inlay de la dent 15 et d’en obtenir la modélisation ; (Fig.15). Les contacts qu’ils soient occlusaux ou proximaux seront paramétrés comme souhaité par le praticien, afin d’en minimiser les retouches. Une fois les deux inlays usinés et contrôlés quant à leur insertion parfaite, l’étape de la « chaussette » (silicone light regular) ; (Fig.16 et 21) peut être d’une grande utilité pour :

  • Contrôler la régularité de l’espacement et du joint de collage.
  • Contrôler la précision d’adaptation aux limites.
  • Vérifier qu’aucun contact n’existe entre les tissus de la cavité d’inlay et l’intrados de l’inlay (toute contrainte mécanique interne risquerait d’entraîner une fracture de la céramique).
  • Compenser la future épaisseur colle + glazure et ainsi prérégler parfaitement le résultat occlusal attendu.
  • Amortir les vibrations lors des réglages occlusaux éventuels et ainsi éviter des micro-cracks sur les bords de l’inlay. Ces retouches se feraient alors à l’aide d’un contre-angle bague rouge sous spray.

Caractériser les versants

Le réglage occlusal pré-cuisson ; (Fig.17 et 18) se fera facilement avec une fraise diamantée dans la masse, réf Komet 7390 314 016 ; (Fig.19 et 20), montée sur un contre-angle bague rouge. Cette fraise permet de redessiner des sillons secondaires et tertiaires avec la pointe et de caractériser les versants internes de la face occlusale. Les inlays sont prêts pour la phase de cuisson « crystalisation – glaçage » obligatoire en ce qui concerne les Blue Blocs, qui leur permettra d’atteindre leur valeur optimale de résistance de 360 Mpa. Les inlays seront déposés sur une plaque de cuisson spécifique aux Blue Blocs au moyen d’une pâte réfractaire de cuisson (Object Fix) ; (Fig.22-23). Ainsi installés, les inlays pourront être maquillés et glacés (les shades et stains ainsi que la glazure utilisés seront spécifiques de l’e-Max ; (Fig.24) et mis au four pendant 20 minutes en programme rapide. Afin de respecter le passage de l’étape méta-silicate de lithium (bloc bleu) à l’étape de disilicate de lithium (bloc dans la teinte choisie et à 360 Mpa de résistance) il est vivement conseillé d’utiliser un four recommandé par le fabricant ; (Fig.25) – (four Programat CS d’Ivoclar).

Perles de sablage

Une fois la cuisson réalisée et les inlays refroidis, les intrados seront facilement débarrassés, et sans risque pour la structure céramique, des résidus d’Object Fix en utilisant des perles de sablage (granulométrie de 25 microns) au moyen d’une sableuse, à 1.8 Bar de pression. La « basic quattro IS » (pour Instantané Stop) de Renfert se prête parfaitement à cette étape et devrait à ce titre faire partie de l’arsenal de tous les cabinets dentaires ; (Fig.26). Une fois la digue posée ; (Fig.27) pour assurer un collage de qualité optimale (ici notre choix s’est porté sur l’Optradam de chez Ivoclar Vivadent). Une astuce avant d’entamer le protocole de collage consiste à prendre le temps de déposer un gel hydrosoluble (Super Bond SEP de Morita) sur toutes les surfaces dentaires et céramiques sur lesquelles nous ne souhaitons pas avoir de résidus après collage ; (Fig.28 et 29).

L’étape du collage

La préparation de l’intrados des e-Max devra subir une attaque à l’acide fluorhydrique pendant 20 secondes maximum et un rinçage minutieux au spray air/eau + 5 minutes au bac US précédera l’application d’un silane – Mono Bond Plus du coffret Multilink Automix d’Ivoclar Vivadent – (Fig.30). Le mélange (une goutte + une goutte) de l’adhésif du Multilink Primer A et B sera déposé dans les cavités. La colle Multilink sera appliquée sur les intrados des inlays avant leur insertion en bouche. Il est à noter que le début de prise de la colle s’effectue dès que celle-ci entre en contact avec l’adhésif que nous avons déposé sur la préparation, ce qui évite les effets rebonds et permet l’élimination des excédents de colle sans risquer de déplacer la pièce prothétique. L’utilisation de la lampe Blue Phase 20.i (Ivoclar Vovadent) ; (Fig.31) nous permettra d’une part une insolation d’une à deux secondes grâce à son niveau « low » pour rigidifier les excès de colle et les éliminer à l’aide d’un CK6 et dans un second temps une insolation de prise définitive et en profondeur grâce à son mode « turbo » à 2 000 Mw/cm2. Un rinçage au spray éliminera le gel Super Bond SEP et la digue pourra être déposée. Le résultat est cliniquement acceptable, dix jours après la pose ; (Fig.32). Les progrès industriels en recherche et développement ont été tels durant les 25 dernières années, tant chez Sirona que chez Ivoclar Vivadent, que la Cfao est devenue aujourd’hui incontournable dans une activité clinique. Demain, et le temps passe vite, la nouvelle version logicielle 4.0 du Cerec nous permettra de modéliser un sourire esthétique sur le nombre de dents que l’on voudra avec la même facilité qu’un wax-up et les blocs e.max CAD « Impulse », derniers-nés d’Ivoclar nous permettrons d’usiner ce sourire en 3/10e d’épaisseur ! J’utilise de façon croissante l’e.max CAD usiné par le Cerec depuis plus de cinq ans et mon taux d’échec est passé de 3.5 % à 0 %. J’attends avec impatience la barre des 10 années de recul !

Dr Gilles ALDIÉ

  • Clinicien
  • Utilisateur du Cerec depuis 1987
  • Association e-dentisterie