Quels protocoles pour trois variations en Cfao ?

Comment gérer la mise en place d'une restauration implanto-portée fixe ? Comment l'adapter à la situation clinique, à la requête du patient et au cahier des charges technico-économiques pour répondre au mieux à l'approche globale de traitement ? Description.

Dr Guillaume BECKER, publié le 24 décembre 2013

Quels protocoles pour trois variations en Cfao ?
La demande des patients pour des traitements implantaires dans le cadre de l'édentement de grande étendue apparaît essentiellement fonctionnelle. Dans le même temps, la prise en compte des desiderata esthétiques et la prévisibilité du résultat constituent respectivement des leviers pour motiver et satisfaire ces derniers. Les « 5P » définis par P. I. BRANEMARK : « Persistent ; Precision ; Provides ; Predictable & Prognosis » restent à ce jour l'objectif incontestable. La conjugaison de ce principe aux exigences économiques actuelles impose une réflexion et un choix technologique. Premier élément de décision : le matériau constitutif de l'armature. La possibilité de combiner biocompatibilité et cosmétique sans compromettre les propriétés mécaniques permet de choisir le titane et la zircone. Deuxième élément de décision : le coût. La surcoulée à partir de cylindres Au-Pd pour la confection d'une armature implanto-portée...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site dentaire365

S'inscrire gratuitement pour lire la suite