Témoignage : « mon cabinet devait ouvrir à la veille du premier confinement »

Depuis la fac, le Dr Nicolas Delorme poursuivait l'objectif de créer un cabinet de groupe. Après un court temps de collaboration et quatre années d'un long processus de création, sa structure était fin prête. Elle devait ouvrir le 16 mars 2020... à l'orée du premier confinement. Pas de quoi pour autant décourager le jeune praticien, adepte de défis et de grands frissons.

Par Pauline Machard, publié le 01 juillet 2021

Témoignage : « mon cabinet devait ouvrir à la veille du premier confinement »
Quand et pour quelles raisons avez-vous décidé de vous lancer dans une création ?

J'ai commencé à l'envisager en fin de cursus, en cinquième-sixième année. Très vite, c'est devenu une certitude : je monterai un cabinet de groupe. C'était l'assurance pour moi d'exercer dans une structure bien équipée, qui ne me limiterait pas matériellement. Mais aussi de pouvoir choisir mes collègues. Je voulais m'entourer de personnes partageant mon état d'esprit, ma philosophie, c'est-à-dire de confrères et de consœurs aimant leur travail et ne courant pas qu'après l'argent… J'avais envie de bosser avec une bande de potes ! J'ai procédé par étapes : à ma sortie de fac en 2013, j'ai d'abord été collaborateur à Valence, à Mâcon, et en parallèle, j'allais voir des cabinets à droite à gauche pour étudier leur fonctionnement. Ensuite, en 2015, j'ai racheté un petit cabinet de ville...

Ce contenu est réservé aux abonnés de Solutions Cabinet Dentaire.

S'abonner pour lire la suite