Madame Sophie K, âgée de 60 ans, vient consulter pour une légère douleur au niveau de l’insicive latérale supérieure gauche. L’examen clinique met en évidence une légère mobilité de la dent qui est porteuse d’une couronne céramo-métallique avec un inlay-core.
La radiographie confirme le diagnostic de fêlure verticale de la racine et donc l’indication d’extraction et de mise en place immédiate d’un implant avec si possible mise en esthétique immédiate. La patiente est extrêmement satisfaite de l’esthétique de cette couronne et très anxieuse du résultat esthétique de ce...

traitement.
Le sondage parodontal indique qu’il n’y a pas de perte d’attache et donc que la situation clinique est très favorable. Il est donc décidé de faire cette intervention sans lambeau, « flapless », afin d’optimiser le résultat esthétique.

L’extraction, réalisée de façon atraumatique, est suivie d’un curetage très minutieux. On vérifie avec la curette l’intégrité de la table osseuse vestibulaire qui est indispensable pour la fiabilité de cette technique.

Mise en esthétique immédiate

Le forage est réalisé classiquement, son point d’impact doit être légèrement plus palatin que l’apex anatomique. L’implant Alpha-Bio SPI est mis en place à l’aide d’un tournevis manuel qui permet au chirurgien de bien ressentir l’ancrage et la qualité de l’os. Le couple de serrage est supérieur à 60 N/cm, ce qui autorise la mise en esthétique immédiate.
Un pilier transvissé angulé en titane est mis en place. Un matériau de comblement Matribone associant collagène et tricalcium phosphate est inséré dans le hiatus entre l’implant et l’os alvéolaire. Ce matériau doit être imbibé du sang du patient au moment de son insertion. Il présente l’énorme avantage de se compacter très facilement grâce à l’instrument de Pallacci et de rester en place car il devient adhérent aux parois. Il ne disparaît pas avec la première boisson absorbée par la patiente ou le premier bain de bouche.

Réglages de la couronne provisoire

La couronne provisoire est mise en place et doit être réglée en sous-occlusion, en occlusion d’intercuspidie maximale, en latéralité ou en protrusion. On doit donner des consignes strictes sur l’alimentation qui ne doit pas solliciter cet implant pendant les huit premières semaines. Le patient doit impérativement éviter de tracter sur cette dent avec une tartine de pain par exemple. Un contrôle clinique est réalisé deux semaines après l’intervention.

Deux mois après la pose de l’implant, on réalise la phase prothétique avec une prise d’empreinte avec du silicone Zhermack, et la réalisation d’une couronne céramo-métallique scellée sur un pilier titane transvissé (laboratoire Métallodont Olivier Garric). Le résultat esthétique donne satisfaction à la patiente, ce qui est l’essentiel.


L’auteur

Pr Patrick MISSIKA
• Maître de conférences des universités (université Paris Diderot)
• Praticien hospitalier des hôpitaux de Paris
• Professeur associé, Tufts University (Boston)
• Chairman France de la Pierre Fauchard Academy
• Expert près la cour d’appel de Paris
• Expert national agréé par la cour de cassation

Cet article est réservé aux inscrits.