Cela ne fait plus de doute aujourd’hui, l’implantologie fait partie intégrante de l’arsenal thérapeutique des chirurgiens-dentistes et permet de répondre à une véritable problématique de santé publique. Pour preuve, Médecins du Monde estimait en 2004 que les patients recourant à ses centres d’accueil comptaient en moyenne 5,3 dents manquantes. Une proportion grimpant à huit dents pour ceux âgés de 40 à 59 ans, et même à quinze pour les malades de 60 ans et plus. Plus récemment, l’OMS indiquait que près de 30% des personnes de 65 à 74 ans dans le monde n’avaient plus de dents naturelles.

Intégrer l’implantologie à sa pratique peut ainsi contribuer significativement à la croissance de de l’activité du cabinet et sa santé financière. La plupart des patients ont conscience du coût que représente le traitement implantaire. Les revenus supplémentaires que votre cabinet peut générer grâce à cette pratique vont servir à développer votre activité. Mais proposer ce type de...

traitement à sa patientèle ne s’improvise pas. Une bonne préparation passe d’abord par une bonne formation implantologie.

Les diplômes Universitaires (DU)

Même si les places y sont rares (parfois seulement cinq ou six places par session), le diplôme universitaire (DU) reste de l’avis de beaucoup la meilleure voie pour se former en implantologie. Ces diplômes se déroulent en règle générale sur deux ans, voire trois pour certains. L’organisation et la durée des sessions peuvent également différer d’un DU à l’autre, de un à trois jours par semaine sur douze mois, mais en moyenne la formation implantologie comprend environ 150 heures par an.

En ce qui concerne les frais d’inscription, là aussi les différences peuvent être importantes : il faut compter aux 1 500 à 4 500 euros par an selon les facultés, auxquels s’ajoutent des frais de scolarité annuels de 400 à 500 euros en moyenne. N’oubliez pas de comptabiliser les frais de déplacement et d’hébergement dans votre budget, le lieu de formation étant susceptible de se situer loin de votre domicile. Il ne faut en effet pas hésiter à changer de ville pour trouver le DU qui correspond le mieux, et en fonction de sa réputation.

Les DU proposent une formation théorique et pratique en chirurgie et prothèse implantaire guidée par la conception prothétique jusqu’à la réalisation du projet implantaire. Ils permettent de bénéficier des connaissances des universitaires ayant une grande expérience en implantologie dentaire et de confronter avec eux les cas cliniques rencontrés au cabinet.

Contrairement à de nombreuses formations privés ou proposés par des fabricants, les DU ne sont, théoriquement, associés à aucune marque d’implant. Une garantie supplémentaire sur l’objectivité de l’enseignement et une approche plus large en ce qu’elle permet la comparaison des différents systèmes implantaires.

Attention toutefois, tous les DU ne se valent pas. Le niveau d’un diplôme dépend beaucoup de l’expérience et la qualité de ses enseignants. Certaines universités ont su attirer des grands noms de la profession, parfois venus de l’étranger. D’autres offrent plus ou moins de pratique au regard de la théorie. Il convient donc de bien se renseigner avant de choisir sa formation implantologie et de ne pas hésiter à consulter des confrères ayant déjà suivi telle ou telle formation. Cela étant, compte tenu de peu de places proposés et la longueur des listes d’attente pour accéder à certains cursus, les candidats n’ont pas toujours le choix.

Enfin, les DU ne s’adressent pas tous aux mêmes publics. Certains, comme celui de l’université de Corte sont exclusivement dédié à parfaire la formation de praticiens ayant déjà acquis des connaissances de base et possédant déjà une expérience clinique en implantologie.

Les formations des sociétés scientifiques

De nombreuses sociétés scientifiques proposent des formations en implantologie avec des programmes proches de ceux des DU.

Ces formations présentent l’intérêt de créer une forme de proximité avec l’équipe enseignante qui guidera vos premiers pas. Comme pour les DU, toutes ces informations ne osnt pas du même niveau. Il faudra choisir les sociétés dont les enseignants seront connus pour leur expérience et leur pédagogie et où la pratique dépasse la théorie.

Les formations des sociétés commerciales

Toutes les sociétés qui fabriquent ou commercialisent des implants proposent aujourd’hui leurs propres formations. En général, ces formations sont théoriques sans intervention sur des patients. Il est possible de se former complètement et uniquement grâce à ce type de formation ou d’y recourir uniquement en complément d’un DU. Ce qui caractérise ces formations est bien entendu l’absence de comparaison entre les différents systèmes implantaires du marché. Il faut donc prendre cela en compte et choisir une marque correspondant à votre philosophie et à l’idée que vous vous faites de votre exercice. Encore une fois, renseignez-vous auprès de vos confrères pour en savoir plus sur telle ou telle marque. DE nombreux praticiens continuent à utiliser les produits avec lesquels ils se sont formés. Aussi, assurez-vous que la formation choisie s’effectue avec des produits éprouvés et de haute qualité, et que vous utilisez toujours des implants et des composants prothétiques conçus pour être utilisés ensemble en tant que système complet.

Méthodes éprouvées

L’implantologie étant désormais une méthode de traitement établie dont les techniques et des protocoles sont éprouvés cliniquement. De nombreuses approches implantaires ont été affinées et simplifiées avec des étapes claires à suivre. La formation doit donc offrir une base solide sur ces protocoles qui ont fait leurs preuves. Enfin, ces techniques évoluent continuellement, il convient donc de participer régulièrement à des congrès et des conférences pour toujours rester au courant des dernières évolutions.

Se faire accompagner

Toujours en complément de sa formation, un vrai plus consiste à se faire accompagner par un confrère expérimenté. Avoir un « mentor » à ses côtés est une source incroyable de connaissances supplémentaires et vous assure une plus grande sérénité. Il pourra vous « coacher » et répondre à vos interrogations, vous aider à réaliser vos premiers plans de traitement. Il va pouvoir vous aider à réaliser vos premiers plans de traitement. Il va pouvoir vous assister dans vos premières prises d’empreintes et poses de prothèses. Bien choisir ce mentor est essentiel. Il doit être suffisamment expérimenté pour pouvoir répondre à vos attentes et disponible pour être joint en cas de besoin.  

Cet article est réservé aux abonnés.