Faire face aux plaintes

 

Le métier de chirurgien-dentiste expose aux risques de plaintes de toutes sortes, avec en perspective des indemnisations et des sanctions éventuelles.

Par la rédaction, publié le 18 mars 2019

Faire face aux plaintes

Savez-vous d’où viennent les plaintes les plus fréquentes ? Non point du patient mais de la Sécurité sociale. « Le contrôle d’activité peut vous tomber dessus très facilement, il suffit de mal coter un acte et le dentiste conseil va voir apparaître des alertes sur son logiciel, explique Jean-Claude Lucet, vice-président du syndicat Le chirurgien-dentiste de France (CDF) du Loir-et-Cher. Il y a des règles à respecter liées à la convention, sans quoi on vous réclamera des indus. Ce peut être pour une technique jugée obsolète ou un trop grand nombre de radiographies facturées à un même patient. Autre exemple, un détartrage se fait tous les six mois, et un détartrage complet se fait en deux fois maximum, le premier acte sur des dents du haut est facturé 28,92 € et le deuxième sur les dents du bas 14,48 €. À un moment donné nos logiciels de facturation étaient mal paramétrés… ce qui a pu poser problème à certains...

Ce contenu est réservé aux abonnés de Solutions Cabinet Dentaire.

S'abonner pour lire la suite