Le Comident attire l’attention sur les conditions particulières de reprise pour le secteur dentaire. Après une année 2020 bouleversée par la crise sanitaire, la relance de l’économie française est perturbée depuis plusieurs mois par des difficultés d’approvisionnement et l’envolée du prix des matières premières et du transport, constate le Comident. Ces tensions ont débuté dès 2020 et se sont accentuées en 2021, touchant l’ensemble des secteurs de l’industrie, constate l’organisation professionnelle qui rassemble plus de 150 entreprises de la santé bucco-dentaire.

Le secteur bucco-dentaire n’est pas épargné, et doit faire face à des délais d’approvisionnement allongés sur certains produits et des hausses de prix parfois importantes sur des produits dentaires. Celles-ci sont liées à des augmentations significatives du prix des matières premières importées, à des coûts de transport en forte hausse (+ 450 % pour les containers) mais aussi à la mise en application du nouveau règlement européen relatif aux dispositifs médicaux, ainsi qu’à de nouvelles exigences environnementales.

Pénuries d’approvisionnement 

Le Comident lance un appel auprès des acteurs de la filière afin de « ne pas prendre de décision unilatérale en cas de retard de livraison ou d’exécution lié aux envolées des prix des matières premières ou de pénuries d’approvisionnement des entreprises ».

Le Comident invite à un dialogue des cabinets dentaires avec leurs fournisseurs de produits dentaires « pour trouver des solutions permettant d’assurer un approvisionnement de qualité et sur la durée pour répondre aux besoins des praticiens et des patients ». « Nous suivons aujourd’hui la situation avec beaucoup d’attention. L’ensemble de la filière doit faire preuve de solidarité et dialoguer pour trouver les meilleures solutions », déclare Pierre-Yves Le Maout, président du Comident.