Premier évêque de Senlis, saint Rieul est réputé pour ses miracles. Son ministère dure quarante ans. Il accomplit toutes sortes de faits prodigieux et décède le 30 mars 260. Clovis (465-511) lui fait bâtir une église qui prend son nom. À cette occasion, l’évêque Levangius lui aurait remis une dent prise dans la bouche du Saint. Clovis n’aurait pas pu la conserver et aurait été contraint de la remettre dans sa sépulture.

Grat est un saint évêque d’Aoste, dans la région de Nice, né au...

VIIIe siècle. Saint agraire, protecteur des cultures contre les intempéries et les animaux nuisibles, c’est également à lui que l’on doit la translation de la tête de saint Jean-Baptiste. Bonne de Bourbon, mère d’Amédée VII, vouait un culte sans limite à cet évêque. Venue consulter ses reliques à Aoste, elle demande à emmener l’une d’entre elles. Il lui est remis une dent. À peine a-t-elle quitté les lieux, que la dent se met à saigner abondamment. Une tempête exceptionnelle se déclenche et la comtesse de Savoie se voit alors contrainte de retourner à Aoste pour restituer le saint organe dentaire.

Saint Géraud d’Aurillac (855-909), fondateur de l’abbaye d’Aurillac, a en sa possession une collection de reliques. Il s’est procuré une dent de saint Martial. Cette dent, personne n’était parvenu à l’extraire de la mâchoire du saint. Géraud, après une courte prière, y est immédiatement parvenu. Après quoi, il l’a placée sur la droite de son autel.

Évêque de Myre en Lycie, saint Nicolas (270-345) est le saint patron des Lorrains, des Fribourgeois et des Russes. Il est à l’origine du personnage du Père Noël et auteur de nombreux miracles. À Heisterbach, dans le diocèse de Cologne, se trouve une de ses dents. Des moines la portaient dans les villages pour collecter l’argent des fidèles. Ils se moquaient ensuite de leurs dupes. La sainte dent s’est trouvée très sensible à ces profanations. Par miracle, le cristal qui contenait la relique est tombé, cassé, de sorte que plus personne n’a osé se promener avec elle, épargnant ainsi les pauvres gens.

Saint Quentin est un romain chrétien, martyrisé à Augusta, ville située sur un gué de la Somme. Au monastère de Saint-Quentin érigé en ce lieu, existe un reliquaire avec une grosse dent tirée du chef de saint Quentin (IIIe siècle) par Éloi, évêque de Noyon en 641. À l’avulsion, un sang frais et vermeil a jailli de la mâchoire. Une grande clarté s’est répandue, illuminant l’église dans la nuit noire. La légende veut que toute la ville ait été éclairée.

Ancien soldat de Maximilien, saint Domnin est décapité en 304. À Bergame, on soigne la rage en buvant du vin béni dans un calice dont le pied renferme une dent de saint Domnin de Fidencia.

Saint Amable, né au Ve siècle, était un prêtre de la ville Riom, en Auvergne. À la fin de sa vie, l’homme d’Église n’a plus qu’une dent, qu’il gardait pour Riom. Cet organe dentaire protège contre les piqûres de serpent. Lorsqu’un incident de ce genre survient, une cérémonie a lieu dans son église. Les paroissiens sont invités à assister à l’évènement. Quelques prières sont prononcées et la dent est appliquée sur la morsure, qui guérit instantanément.

Cet article est réservé aux abonnés.