L’endodontie est une discipline clinique qui peut avoir une image altérée auprès des praticiens. Chronophage, mal valorisée, elle peut parfois être perçue comme une discipline exigeante sans réelle contrepartie à court terme. L’endodontie est de plus un domaine de l’odontologie mal connu et mal perçu dans l’imaginaire collectif. La « dévitalisation » est associée par les patients à une étape préalable et obligatoire à la mise en place d’une prothèse.

Face à ces perceptions, nous pourrions penser, à tort, que les progrès de ces dernières années n’étaient que mécanistiques, centrés sur une simplification des procédures grâce à de nouveaux alliages et dynamiques opératoires, les technologies endodontiques novatrices restant peu exploitées.

Pourtant ces traitements sont à la base de la conservation des dents, de la pérennité des reconstitutions prothétiques. Ils sont également en première ligne dans la lutte contre les foyers infectieux d’origine dentaire.

A une époque où l’espérance de vie augmente et dans laquelle les patients sont de plus en plus impliqués dans leur prise en charge, il apparaît plus que nécessaire d’utiliser l’ensemble des technologies endodontiques disponibles et de prendre le virage numérique pour permettre de changer l’approche des traitements endodontiques tout comme leur perception par les patients.

Les nouvelles technologies numériques représentent une vision différente et complémentaire de l’endodontie, avec pour motivation la prise de meilleures décisions grâce à des outils de diagnostic plus performants, la réalisation des actes avec une plus grande précision et facilité tout en augmentant les chances de succès.

Ces objectifs ne prennent tout leur sens que s’ils sont accompagnés d’une meilleure communication avec les patients pour permettre une plus grande adhésion aux plans de traitement.

Les avantages d’une imagerie tridimensionnelle

L’objectif visé par cette séance est d’apporter des réponses claires et immédiatement applicables à des questions que peuvent se poser les praticiens au cours de leur pratique quotidienne. Ils peuvent en effet se La « dévitalisation » est associée par les patients à une étape préalable obligatoire à la mise en place d’une prothèse. Utiliser l’ensemble des nouvelles technologies pour permettre de changer l’approche des traitements endodontiques, tout comme leur perception par la patientèle, apparaît aujourd’hui nécessaire. demander quelles sont les indications, les avantages et les inconvénients d’une imagerie tridimensionnelle par tomographie volumique à faisceau conique (CBCT).

L’utilisation de fibre optique de faible diamètre permet le transport du faisceau laser.
Fig.1 : L’utilisation de fibre optique de faible diamètre permet le transport du faisceau laser.

Quelles informations peuvent-ils en attendre et quelles prises de décision peuvent en découler ?
De la même façon, les localisateurs d’apex électroniques ont pour objectif de faciliter grandement les prises de décisions quant à la détermination des longueurs de travail, mais ils peuvent sembler capricieux, de mise en œuvre décevante et de fait, rester dans un tiroir, sous-exploités. Quelles sont leurs limitations et les meilleures façons de les contourner ?
Dans certains cas complexes, du fait d’une anatomie canalaire « particulière » ou dans les situations de récidives infectieuses, la technologie laser, alors qu’elle peine à rentrer dans notre plateau technique de base, peut être un allié de poids. Les lasers diodes et la photothérapie dynamique doivent être mis à la lumière d’une pratique quotidienne. Enfin, l’utilisation en routine de la photographie numérique et de la vidéo permet un meilleur diagnostic, un choix thérapeutique plus éclairé et améliore la communication avec les patients. Elle leur fait prendre conscience de l’importance des traitements endodontiques.
Delphine Comtesse-Maret abordera les indications du CBCT en endodontie, leur intérêt par rapport aux autres techniques d’imagerie, mais également la question récurrente de la prise en charge de lésions osseuses de découverte fortuite. Les praticiens auront ainsi accès à une réflexion théorique basée sur les dernières recommandations et pratiques sur cette imagerie numérique. Maître de conférences universitaire et praticien hospitalier à l’UFR d’odontologie de Toulouse, l’activité clinique de Delphine Comtesse-Maret est centrée sur l’odontologie conservatrice et l’endodontie. Ses travaux de recherche portent sur l’utilisation de la tomographie volumique à faisceau conique (CBCT). Elle a donc à son actif une connaissance précise à la fois des bases physiques et de radiologie mais également une approche clinique de l’intérêt du CBCT.

Localisateurs électroniques d’Apex

Fig.2 : La complexité du réseau canalaire, les deltas et isthmes apicaux peuvent être difficilement interprétables radiologiquement

Marc Pons amènera toute son expérience clinique et pédagogique pour mieux comprendre la problématique anatomique à laquelle nous essayons de faire face lors de chaque traitement endodontique. L’échelle micrométrique imposée par la morphologie canalaire est difficilement appréciable par la radiographie ; le conférencier décryptera les localisateurs électroniques d’apex, leur utilisation clinique mais également les situations dans lesquelles la méfiance est de mise. Praticien libéral à Mérignac, ancien assistant hospitalier universitaire, il est maintenant très impliqué dans la Société française d’endodontie.
Alain Gambiez est reconnu depuis de nombreuses années pour la qualité de ses conférences sur l’anatomie endodontique et plus particulièrement pour la qualité et la richesse de son iconographie. Il transmettra sa passion pour la photographie et la vidéo afin de permettre au plus grand nombre d’utiliser rapidement et facilement un matériel adapté à l’endodontie. Maître de conférences universitaire et praticien hospitalier à l’UFR d’odontologie de Lille, il a une activité libérale spécialisée en endodontie.

Les lasers et la photothérapie dynamique

Nathalie Brulat est reconnue pour son expertise dans les applications cliniques des lasers et pour son implication dans le domaine de la recherche. Elle focalisera son intervention sur les lasers diodes et la photothérapie dynamique avec pour objectif de définir les indications, les limites et le mode d’action de ces lasers. Les participants seront alors en mesure de choisir un type de laser et de l’utiliser rapidement en complément d’une approche conventionnelle. Nathalie Brulat est maître de conférences universitaire et praticien hospitalier à l’UFR d’odontologie de Nice. Elle est codirectrice scientifique du diplôme universitaire d’applications orales du laser.


TECHNOLOGIES NUMÉRIQUES AU SERVICE DE L’ENDODONTIE

Cette conférence abordera, à la lumière d’une base scientifique rigoureuse dont se porte garant le professeur Jean-Christophe Maurin, modérateur de la séance, des problématiques endodontiques et des questions cliniques intéressant plusieurs domaines. Les conférenciers traiteront de la question du diagnostic, de la prise de décision thérapeutique et du choix des examens complémentaires avec une conférence sur le CBCT.
Le sujet de la communication, de l’information et de l’aide à l’obtention du consentement éclairé sera détaillé grâce à une intervention sur la photographie numérique.
La détermination de la longueur de travail et le choix de la préparation apicale à l’aide d’un outil électronique sera aussi traité, ainsi que l’apport du laser dans les thérapeutiques endodontiques.


Objectifs :

  • Appréhender au mieux les nouvelles technologies endodontiques dans sa pratique quotidienne.
  • Choisir son matériel numérique et optimiser son utilisation.
  • Développer une activité centrée autour du laser.
    Responsable scientifique : Raphaël Devillard (Université Bordeaux Segalen) Modérateur : Jean -Christophe Maurin (UFR de Lyon)
  • Cone Beam : du pixel au voxel
    Delphine Marret (UFR de Toulouse)
  • L’image numérique au service de l’endodontie
    Alain Gambiez (UFR de Lille)
  • Peut-on mesurer l’apex ?
    Marc Pons (UFR de Bordeaux)
  • Le laser en endodontie. Une solution à tous nos problèmes ?
    Nathalie Brulat (UFR de Nice Sophia Antipolis)
  • Jeudi 26 novembre de 9h00 à 12h00, conférence C48 traduite en simultané en anglais. Congrès de l’ADF Palais des congrès de Paris Porte Maillot.