On se trouve ainsi fréquemment en présence d’une quantité et d’une densité osseuse réduites nécessitant une reconstruction osseuse pour la mise en place d’implants et de réhabilitations prothétiques. Afin de compenser ces atrophies osseuses, une élévation sinusienne par voie latérale...

associée ou pas à une augmentation osseuse crestale peuvent être recommandées.

Critères d’évaluation de la difficulté des greffes de sinus (Abillama et coll.) 

La difficulté des greffes de sinus est analysée d’une façon objective et quantitative à partir de 11 paramètres 

  1. Épaisseur de la membrane

Une corrélation entre l’épaisseur de la membrane et sa perforation a été mise en évidence, les perforations étaient plus fréquentes si l’épaisseur de la membrane était inférieure à 1,5 mm. 

Ce paramètre est analysé de la façon suivante : 

  • favorable : 1,5 à 2 mm,
  • normal : 0,8 à 3 mm,
  • défavorable : < 0,8 mm ou > 3 mm.
  • Septa et cloisonnement des sinus

La présence de septa qui divise le sinus en plusieurs compartiments peut augmenter le risque de perforation.

Trois catégories et leur approche de traitement ont été proposés (Tableau 1).

Lire l’intégralité de l’article.


Auteurs


Dr Hadi ANTOUN
• Professeur invité à l’université Saint-Joseph à Beyrouth
• Exercice exclusif en implantologie et parodontologie
• Dirige l’institut de formation en chirurgie implantaire avancée (IFCIA)


Dr Paul CHALLITA
• Certificat d’études supérieures en parodontologie
• Master professionnel clinique buccale spécialisée en parodontologie de l’université Paris VII
• Master en recherche clinique et pharmacovigilance de la faculté de médecine de la Sorbonne
• Résident dans le cadre du programme postgraduate en parodontologie et dentisterie implantaire (Paris 7 – Denis Diderot/hôpital Rothschild) accrédité par la Fédération européenne de parodontologie

Cet article est réservé aux inscrits.