Le cabinet versaillais du Dr lumbroso a été créé il y a dix ans. Grâce aux choix judicieux du praticien, la décoration a résisté au temps.

« Je suis dentiste depuis 1998. Les premières années j’ai exercé dans le cabinet de mon père, également omnipraticien à Versailles, mais il n’était pas très moderne et on manquait de place. Alors je me suis mis à la recherche du cabinet idéal. » raconte le Dr Michaël Lumbroso. Ce cabinet, il n’existe pas tel quel mais sa structure est là : 200 m2 sur trois niveaux avec un...

petit jardin, à proximité du château… avec, en bonus, six places de parking réservées à la patientèle ! « Il s’agissait de bureaux et il a fallu tout casser pour créer des salles de soins », pointe le praticien, qui a fait appel à l’architecte Raphaël Edery, habitué à réhabiliter des établissements recevant du public.

Le chantier est important : la première visite de ce qui deviendra Dental Harmony date de novembre 2007, pour une ouverture en mars 2010. Pendant la transformation, le Dr Lumbroso est coaché par Robert Maccario, qui l’aide à établir son parcours patient, à gérer l’espace et l’ergonomie au mieux. Le praticien a ajouté sa touche : « Quand j’ai imaginé les salles de soins, je me suis projeté en tant que patient. Je voulais casser les codes visuels du médical et j’ai construit mon cabinet comme un spa ». Les trois praticiens et cinq assistantes ne portent pas de blouses blanches mais prune, aux couleurs du cabinet, et le téléviseur de la salle d’attente ne diffuse pas d’informations sur la dentisterie. « Je veux que mes patients considèrent leur rendez-vous comme un moment de bien-être », résume notre dentiste.

En dix ans, seule une pièce a dû être refaite à la suite d’un dégât des eaux. Le reste résiste bien au temps… « Le choix d’investir dans du mobilier et des matériaux de haute qualité a payé ! J’ai notamment acquis des meubles métalliques recouverts de peinture epoxy, des sols PVC compacts très nettoyables. Souvent les patients me demandent si le cabinet vient d’ouvrir ! »

La baie vitrée a été transformée en jardinière de plantes artificielles.
Une vitre de 7 m, réalisée sur mesure par Saint-Gobain, a été posée pour isoler cet espace végétal agrémenté de bandeaux de led dont la couleur varie.

La salle d’attente est conçue comme le salon d’une maison, c’est pourquoi le praticien a tenu à garder la rampe d’escalier d’origine, qui donne du cachet à l’ensemble.

« Je partage les œuvres d’art que j’aime dans mon cabinet. Je passe parfois des commandes directement aux artistes », explique le Dr Lumbroso.

De grandes feuilles de palmiers mises sous verre dans des cadres aux couleurs de Dental Harmony ont été commandées auprès de la marque Jardin Pamplemousse, pour égayer le couloir menant aux salles de soins.

L’identité visuelle du cabinet a été longuement pensée. Si le Dr Lumbroso a un goût prononcé pour la décoration et a accroché ses propres peintures aux murs de son cabinet, il s’est adjoint les services d’une décoratrice

(Côté Marly à Marly-le-Roi) pour le choix des codes couleur et des matériaux. « Elle m’a par exemple aiguillée pour des revêtements muraux aux normes incendie. »

Cet article est réservé aux abonnés.