L’esthétique du sourire est devenue aujourd’hui pour la grande majorité des patients occidentaux une préoccupation importante quel que soit leur âge ou leur niveau...

socio-économique. Les attentes et motivations sont cependant très différentes selon les individus. Depuis une vingtaine d’années environ, de très nombreuses techniques à visée esthétique ont été développées : éclaircissement, orthodontie, infiltration résineuse, micro-abrasion, résine composite stratifiée, facette en composite ou en céramique, etc. Ces différentes thérapeutiques sont maintenant bien maîtrisées et codifiées et répondent à un certain nombre d’indications précises.

L’une des difficultés lors d’une prise en charge esthétique est de bien prendre en compte les attentes du patient afin de proposer un traitement adapté qui lui donnera pleinement satisfaction sans « sur-traitement ». Suivant le concept de gradient thérapeutique, les solutions les moins mutilantes pour l’organe dentaire seront préférées [1]. Un cas clinique très simple illustre comment il est possible de restaurer un sourire à l’aide de techniques minimalement invasives.

Cet article est réservé aux inscrits.